MENU

Where the world comes to study the Bible

Report Inappropriate Ad

La Revue Internet Des Pasteurs, Fre Ed 29, Edition de l’automne 2018

Edition d’Automne 2018

“Renforcer l’Église dans la prédication et le leadership bibliques “

Author: Dr. Roger Pascoe, President,
The Institute for Biblical Preaching
Cambridge, Ontario, Canada
Email: [email protected]
Phone: 519-620-2375

Partie I: Renforcement De L’expose De La Predication.

“Renforcer les Introductions”

L'introduction et la conclusion sont deux parties très importantes d'un sermon, et pourtant ce sont probablement les deux moins bien faites. Si votre introduction est faible, vous risquez de ne pas convaincre votre auditoire (1) que leur besoins sont abordés dans la Bible et, par conséquent, (2) qu'il devrait vous écouter. Si votre conclusion est faible, vous ne réussirez pas à accomplir la tâche principale de la prédication - à savoir, persuader votre auditoire de changer, de générer une réaction de transformation de vie et de rendre cela efficace dans la vie de votre auditoire.

A. Le But D’une Introduction

1. Pour Server De Transition Sur Ce Qui C’est Passer Avant.

Chaque sermon est généralement précédé de quelques remarques préliminaires appropriées. Les remarques pré-introductives (ou, l'introduction avant l'introduction) remplissent plusieurs fonctions:

(a) Si vous êtes un orateur invité, cela vous permet de vous présenter ou de dire quelque chose pour vous connecter à l’audience.

(b) Cela vous permet de souligner ou de confirmer une annonce ou quelque chose d'important dans la vie de l'église.

(c) Cela vous permet de vous connecter avec ce qui s’est passé dans la partie précédente du culte.

En règle générale, les remarques pré-introductives forment un pont entre ce qui a été fait auparavant (par exemple, en reprenant le thème de la musique de louange précédente) et ce qui va suivre. Ils vous donnent également l’occasion de vous occuper de problèmes pastoraux comme le cas de la maladie d’un membre.

Au cours de cette partie de l’introduction, soyez attentif à ce qui a déjà été fait - n’ignorez pas la partie précédente du service comme s’il n’y a rien eu. Et soyez sensible à l'ambiance, au ton et à l'atmosphère du culte.

2. Pour Ouvrir La Voie A Ce Qui Suit.

Le but de l’introduction est d’introduire le sermon, ce n’est pas pour faire rire les gens, ni pour raconter une histoire ou utiliser des gadgets pour que les gens reviennent.

3. Pour Etablir Un Contact Entre Vous Et L’audience

Utilisez ce pont d’avant-sermon pour personnaliser l'atmosphère avec votre présence et votre personnalité afin que le service ne soit pas clinique, stérile ou impersonnel. C’est là où vous vous connectez avec l’audience à titre personnel, peut-être pour la première fois dans le culte.

B. Les Difficultes Des Introductions

Pourquoi est-il si difficile parfois de savoir comment commencer? Eh bien, c’est peut-être parce que vous écrivez votre introduction trop tôt. L'introduction est normalement l'un des derniers éléments de la préparation d'un sermon. Ou peut-être est-ce dû au fait que les introductions sont si importantes, couvrent une partie aussi vaste et exige une telle créativité. Toutes vos recherches et votre résumé de sermon peuvent être faits, mais vous ne pouvez pas préparer votre introduction de manière efficace sans laisser écouler votre créativité.

C. Les Elements D’une Bonne Introduction

Quels sont les éléments clé pour introduire une communication publique, orale ?

#1: Clarifiez Votre Objectif / Votre Fardeau

Votre introduction doit être cohérente avec, et établir votre but de prêcher le sermon. Si vous n'avez pas un but, pourquoi prêcher? Si vous ne savez pas où vous voulez aller, comment allez-vous y arriver? Sans objectif, vous pouvez prêcher un sermon qui est sans but et inutile pour votre auditoire. Vous devez avoir un objectif à atteindre, une cible à atteindre. Donc, dans votre introduction, clarifiez votre but pour lequel vous prêchez ce sermon.

Demande-toi:

  • Pourquoi prêchez-vous ce sermon?
  • Que voulez-vous accomplir dans ce message? Ça peut être très utile d’écrire l’objet du sermon en tête de votre introduction pour vous aider à rester sur la bonne voie tout au long du sermon.
  • Quelle est la réaction que vous allez demander à la fin?
  • Quelle est votre conviction sur la vérité de ce que vous prêchez?
  • Pourquoi ce message est-il critique? (par exemple, parce que l'obéissance à la vérité changera votre vie).

N'oubliez pas que chaque sermon a quatre objectifs généraux: inspirer; informer; convaincre; et d'exhorter.

Le but / le fardeau du prédicateur peut être exprimé comme une préoccupation personnelle ou à titre d'illustration de la raison pour laquelle cette vérité est nécessaire. Voici quelques suggestions pour exprimer le but / le fardeau de votre message:

  • «Sur la base de la Parole de Dieu que nous avons lue, le but de mon message aujourd'hui est de vous faire appel tous à…»
  • «Mon fardeau en prêchant ce message est que ça puisse aider chacun à éviter…»
  • « Aujourd’hui, ce message vous appelle à prendre une décision concernant…»

Le fardeau/ l’objectif de votre message prépare l'auditoire et votre message pour la fin. Il indique en avance où vous vous rendez avec le message et ce que vous vous voulez que le résultat soit.

Comment reliez-vous l’objectif de votre sermon avec votre proposition (c’est-à-dire le thème / résumé du sermon)? Posez-vous même la question: "Sur la base de la proposition centrale de ce texte, qu’est-ce que Dieu veut que son peuple comprenne et obéisse?" En d'autres termes, votre objectif de prêcher ce sermon à cette auditoire doit être cohérent avec le message de l’auteur biblique à son auditoire. Pourquoi a-t-il donné ce message à l'origine? Que voulait-il que son auditoire sache, fasse, change ou obéisse?

#2: Commencez Par Un Point De Contact D'introduction

Le but d’un «point de contact d’introduction» est d’arrêter immédiatement l’attention de votre congrégation et de la garder. Les gens sont tellement saturés de communication laïque (profane) qui influe sur la façon dont ils écoutent – à savoir : de brefs bips sonores (télévision, films, etc.). Il y a toutes sortes de distractions dans l’auditoire- des choses qui se sont passées pendant la semaine; les enfants qui se comportent mal pendant le culte, etc. Le sermon peut être un moment propice pour se déconnecter ou se connecter.

Au cours de la partie précédente du culte, la congrégation a participé à des chants, des offrandes, etc. qui les ont gardés attentifs. Mais maintenant, leur rôle est beaucoup plus passif car ils deviennent des auditeurs et des apprenants. La tâche du prédicateur est de dynamiser l'atmosphère et d'attirer l'attention de l’auditoire sans être banal, théâtral ou fallacieux.

Quels sont quelques moyens sûrs et efficaces d’attirer l’attention de votre auditoire? Laissez-moi vous donner quelques suggestions:

  • Ouvrez avec une illustration, un exemple ou une «tranche de vie» à laquelle ils peuvent tous établir un lien et qui les intéresse, et qui se connecte au sujet de votre message.
  • Dites-leur quelque chose qui vous est arrivé personnellement au cours de la semaine et qui correspond à ce que vous allez dire. Mais faites attention ici de ne pas trop en faire. Personne ne veut entendre parler de la vie du pasteur tout le temps.
  • Ouvrez avec quelques questions difficiles. Mais encore une fois, si vous faites cela chaque semaine, cela devient ennuyeux et prévisible et détruit ainsi l’objectif visé.

#3: Etablissez Le Lien Entre Le Peuple Et La Bible

Votre introduction doit clairement établir un lien entre la vie de votre auditoire (leurs besoins, problèmes et questions) et la vie de la Bible et le sermon (ses réponses et ses solutions). Ils ont besoin de savoir que vous connaissez leurs besoins et que la Bible y répond. Alors, faites ressortir leur besoin et votre empathie (c’est-à-dire «nous» sommes dans le même bateau - nous le vivons tous, y compris vous, le pasteur). Vous êtes sur un chemin mutuel de foi et de pratique.

Comment établissez-vous ou déterminez-vous le besoin? De toute évidence, vous devez connaître votre congrégation. Vous devez savoir:

  • Ce qui se passe dans la vie individuelle ainsi que dans la vie de l’église collective?
  • Quelles sont les choses avec lesquelles ils luttent.
  • Ce qui doit être corrigé, développé ou recommandé.
  • Ce qui est arrivé dans les événements du monde, qui peut les amener à remettre en question leur foi ou leur compréhension de Dieu et à poser les questions sur le «pourquoi».
  • Ce qui se passe dans la vie de l'église et qui doit être abordé à partir de la Parole (par exemple, divisions, discordes, jalousies, faiblesses du ministère, etc.)?

Connaître votre congrégation n'implique pas que vous prêchiez sur des «besoins ressentis» mais pour des «vrais» besoins spirituels, ressentis ou non. Les besoins réels des gens d'aujourd'hui ne sont pas souvent «ressentis» - ce sont les besoins auxquels Dieu répond dans sa Parole. Il faut beaucoup de prière et de sagesse pour déterminer sur quoi l’Esprit de Dieu vous conduit à prêcher et en quoi cela répond à un besoin spirituel de votre église.

Comment soulevez-vous ces besoins réels? Une façon est de poser des questions telles que:

  • "Combien d'entre vous ont déjà vécu…?"
  • “Vous êtes-vous déjà demandé si… dans votre vie ou dans la vie de l'église?”
  • “Voudriez-vous découvrir ce que Dieu dit à propos de…?”

Une autre façon est de faire une déclaration indicative sur le besoin:

  • «Nous souffrons tous de temps en temps de…»
  • «Je suis sûr que vous vous êtes tous souvent demandés pourquoi…»
  • «J’ai le sentiment que le moment est venu pour nous de considérer…»

Une fois que vous avez établi la nécessité de ce sermon, allez dans la Bible pour montrer que la Bible aborde ce problème, ce besoin. Vous ne vous occupez pas encore de votre texte ici d’abord- vous déclarez simplement que la Bible répond à ce besoin et fournit une solution. Leur question est: “Qu'est-ce que cela a à voir avec moi?” Votre réponse est: “Parce que j'ai une réponse à votre problème de la Bible”. Ici, vous proposez une solution («à emporter») à la fin en leur disant où vous allez vous retrouver et quels en sont les avantages pour eux.

#4: Établissez Votre Autorité

Vous ne donnez pas toutes les réponses, mais vous promettez d'avoir une réponse de la Parole. C'est le moment où les gens ont besoin de savoir:

  • Que vous parlez de quelque chose dont vous sentez avec passion.
  • Que vous parlez avec l'autorité de “Ainsi dit l’Eternel” (c'est-à-dire que vous avez la réponse) de la Parole de Dieu (pas seulement vos idées).

#5: Fournir Une Motivation Pour Ecouter

  • L'introduction doit être de nature motivante. Cela se rapporte à ce que vous êtes sur le point de dire à votre auditoire. Cela répond à la question «Pourquoi devrais-je écouter?» Ça les convainc que cela leur sera bénéfique et que c'est important.

Certaines approches pour motiver l'écoute sont le fait que:

  • Vous allez parler de quelque chose qui concerne tout le monde.
  • Ce dont vous allez parler va changer leur vie.
  • Vous avez la réponse à leurs besoins et à leurs problèmes.

#6: Enoncez Votre Thème

Enoncez ce dont vous allez parler. Soyez concis. Limitez votre thème - c’est-à-dire qu’il n’est pas trop large. Ne laissez pas votre peuple deviner de quoi vous parlez.

#7: Devoilez Votre Proposition

  • Condensez votre sermon en une phrase (parfois appelée proposition ou énoncé de thèse) afin que l’auditoire sache:
  • La grande idée / la vérité centrale que vous allez expliquer.
  • Ou, la question à laquelle vous allez répondre.
  • Ou l'exhortation que vous leur demandez de suivre.

Demandez-vous: Qu'est-ce que vous allez prouver, expliquer, exhorter? Quel est le principe que vous allez communiquer? Qu'allez-vous dire du texte biblique? C'est la thèse que vous voulez communiquer. C’est le sermon en un mot, le point théologique, le principe qui demeure comme ça a attrait à la vie.

Exprimez toujours votre proposition sous forme de phrase complète. Une phrase complète exprime une idée complète. C’est la seule façon de communiquer de manière adéquate et intelligible.

La proposition de léenoncé contient deux composants clés:

(1) Le thème (le sujet) du sermon.

(2) La poussée (ce que vous dites sur le sujet) du sermon.

Ayant déjà énoncé votre sujet, maintenant dans votre proposition, vous établissez un lien entre ce sujet et ce que vous allez prêcher à ce sujet. Par exemple, si votre sujet est «l'amour de Dieu», posez-vous la question suivante: «Que dit le texte de l'amour de Dieu? De quoi est-il question ? Quelle est la vérité à laquelle nous devons répondre? »En d’autres termes, la proposition est un rétrécissement, un raffinement, une limitation du sujet.

Je suggère que vous formuliez votre proposition de telle manière qu'elle soit applicable.

  • Applicable signifie utiliser une déclaration directe exigeant une réponse. Par exemple:
  • • «Le véritable discipolat exige notre (y compris vous et votre auditoire) notre allégeance totale à Jésus-Christ, quel qu'en soit le prix» (Marc 8: 34-38).
  • • «Les chrétiens d'influence sont ceux qui font la différence pour Dieu dans le monde» (Matt. 5:13).

Ce que nous faisons en le rendant applicable, c’est que nous passons du monde du texte (sa formulation; sa culture; son peuple; son temps; sa place) à notre monde contemporain en intégrant le principe fondamental dans la proposition applicable à nos vies. .

Comment énoncez-vous la proposition pour que l’auditoire sache que c’est ce qu’il est?

Vous pouvez utiliser une phrase d'introduction telle que:

  • «Ce que nous allons trouver ce matin dans notre texte, c'est…»
  •               "La vérité c'est que…"
  • «La vérité que nous proclamons aujourd'hui est…»
  • «Aujourd’hui, je veux que vous répondiez à la vérité de la Parole de Dieu, que…»

La grande question est de savoir comment déterminer la proposition. Généralement, une façon de formuler votre proposition consiste à écrire les points principaux de votre sermon et à déterminer ce qui les tient tous ensemble. Ainsi, votre proposition est un «point principal des points principaux». La proposition maintient tout en place parce que vos points principaux découlent de celle-ci et, par conséquent, le sermon entier. Pour plus d'informations à ce sujet, voir l'édition de Automne 2017 de ce journal.

#8: Préparez Votre Introduction En Dernier Ou Au Moins Seulement Après Que Vous Avez Fait Le Plan De Votre Sermon.

#9: Gardez Votre Introduction Succincte (Nette, Claire, Ciblée, Avec Un Objectif).

Si vous vous limitez à environ 10-15% du sermon (3-4 minutes), vous devrez être succint.

#10: Rédigez Votre Introduction Au Complet Et Mémorisez Les Premiers Paragraphes.

L'écrire vous oblige à bien y réfléchir, mais essayez de ne pas être lié à des notes lors de l'introduction. La mémorisation des premiers paragraphes vous aide à établir un contact avec votre auditoire afin que vous soyez relationnel à votre manière.

#11: Lisez Le Passage Biblique Et Priez

Je recommande que vous lisiez vous-même le passage des Écritures. Annoncez la référence deux ou trois fois. Vous pouvez faire des remarques pour mettre le passage en contexte.

Notez qu'une bonne lecture des Ecritures devrait être:

  • Honorant Dieu
  • Bien rythmé
  • A une allure appropriée
  • Pas trop vite (c'est généralement la plus grosse erreur que les pasteurs commettent).
  • Expressif mais pas faux

C'est une excellente occasion pour vous de leur montrer comment lire les Écritures et d'en dégager le sens et la signification par la façon dont vous les lisez.

N’oubliez pas de prier. C'est naturel après la lecture du passage. Assurez-vous que la prière est un élément très important de tout le culte. C'est un acte d’adoration et devrait découler de la partie précédente du culte. Offrez le sermon comme un sacrifice au Seigneur.

#12: Essayez De Varier Vos Introductions

En variant vos introductions, vous évitez que votre auditoire ne soit fatigué d’elles. Mais n'essayez pas d'être dramatique pour le plaisir de le faire. Il y a une différence entre créativité et comique.

Voici dix suggestions pour varier le format de vos introductions (elles contiennent toutes les mêmes éléments de base, mais organisées différemment):

(1) Une histoire personnelle de votre propre vie, qui introduit le texte biblique qui se connecte à cette expérience, puis l’objectif du sermon.

(2) Une tranche de vie tirée de la vie de quelqu'un d’autre, suivie de l’objectif du sermon puis du texte.

(3) Un exemple tiré de l'histoire¸ suivi d’objectif du sermon, de la lecture du texte et de la proposition / thèse.

(4) Une formulation directe du texte biblique et de son lien avec la vie de votre public.

(5) Référence à un besoin, énoncé ou déduit, par certains membres de votre congrégation, qui est lié à la manière dont le texte promet de répondre à ce besoin.

(6) Raconter une histoire biblique. Puis énoncez le but du sermon et l’espoir à ce que le même Dieu qui a agi dans l'histoire puisse agir et le fasse maintenant.

(7) L’Énoncé d'un problème contemporain, qui vous permet de passer au texte, puis d'indiquer que la vérité que vous allez expliquer à partir du texte est la solution à leur problème.

(8) Posez une question ou une série de questions qui obligent le public à prendre en compte un besoin humain réel ou une situation réelle. Faire preuve d'empathie pour ce besoin (nous l'avons tous); Expliquez comment Dieu peut répondre à ce besoin et comment le message expliquera comment il va le satisfaire.

(9) Énoncez la proposition / vérité centrale que vous allez expliquer, résumez vos points principaux, puis entrez dans le corps du sermon.

(10) Reportez-vous à un article d’actualité qui pèse sur l’esprit des gens et montrez comment la Bible traite de la question (c’est-à-dire répond au «pourquoi»).

#13: Transition Vers l'Explication / Corps Du Sermon

(1) Donnez toutes les informations contextuelles nécessaires pour comprendre le passage. Ceci est parfois appelé la sous-introduction. Cela permet à l’auditoire de comprendre le texte de manière plus précise et complète et d'établir que la Parole de Dieu est l'autorité de ce que vous dites. La quantité d'informations de base que vous donnez dépendra de:

  • La complexité du passage.
  • Le type de sermon (enseignement doctrinal; évangélistique, etc.).
  • S'il s'agit du premier d'une série (dans ce cas, vous donnerez probablement des informations plus détaillées) ou des messages suivants en série (dans ce cas, vous pouvez ne pas en donner ou très peu).
  • Assurez-vous de présenter de manière attrayante le fond et le contenu contextuel - pas ennuyeux mais pertinent pour le message et pour la vie; pas trop pour que vous perdiez leur attention.

Assurez-vous de présenter de manière attrayante le fond et le contenu contextuel - pas ennuyeux mais pertinent pour le message et pour la vie; pas trop pour que vous perdiez leur attention.

(2) Transition dans le premier point de votre exposé. Voici quelques techniques pour une transition souple dans votre exposé:

  • Faire un ‘’tableau d’affichage’’ : C'est ici que vous annoncez d'avance vos points. «Aujourd'hui, nous verrons dans notre passage que…

… La Bible aborde cette question sous trois angles différents - 1… 2… 3…

… La Bible donne trois raisons pour lesquelles… - 1… .2… 3

  • Utilisez juste une petite phrase telle que “Notez que…” puis introduisez votre premier point.

D. Avertissements

Rappelez-vous qu'aucune partie d'un sermon n'a d'effet durable si elle n'est pas préparée et livrée dans la puissance et sous la direction du Saint-Esprit.

Rappelez-vous qu'aucun modèle ou méthodologie de sermon n'est nécessairement bon pour tous les prédicateurs en toutes occasions. Certains des grands prédicateurs de l'histoire n'ont pas suivi le modèle que j'ai décrit. Mais parce que ces prédicateurs n’ont pas pleinement utilisé les introductions, cela ne signifie pas que vous pouvez vous en passer. Cela signifie probablement que s'ils avaient développé une compétence pour les introductions, leur prédication aurait été encore plus puissante plus que ce qu'elle l'était réellement.

Rappelez-vous que vous devez vous approprier le sermon avant qu'il puisse avoir un effet sur la vie des autres. C’est ce que nous appelons la prédication incarnée, «la Parole faite chair»

Partie II: Le Leadership Transformationel

Comprendre Le Cœur Du Ministère Pastoral (Col. 1:24-2:5)

L'apôtre Paul est clair et constant que les pasteurs sont des "ministres" ou des "serviteurs". Nous sommes des ministres de l'Évangile (Col. 1:23) et des ministres de l'église (Col. 1:25). Ce sont nos deux responsabilités principales. Ne laissons jamais d’autres choses les envahir, mais assurons-nous que ce sont les choses sur lesquelles nous nous concentrons - exerçant la parole de Dieu et servant le peuple de Dieu. Je voudrais donc faire quelques commentaires de Colossiens 1: 24-2: 5 sur «Le cœur de la pastorale». Le point de Paul ici est que «les pasteurs sont les serviteurs de Christ pour l'église». Notez que…

A. Dans Le Ministère Pastoral, Nous Souffrons Pour La Cause De L'église (24)

"Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous et ce qui manque aux souffrances de Christ je l’achève en ma chair pour son corps, qui est l’église. Ce passage est lié par «se réjouir» - au début, Paul se réjouit de ses souffrances (1:24) et à la fin, il se réjouit de leur foi (2: 5). Il y a une grande joie à servir Christ et son peuple. C'est ce qui nous motive : c'est notre récompense. Mais mêlée à la joie, c'est la souffrance et l'affliction. Dans le ministère pastoral, nous souffrons pour la cause de l'église.

1. Dans La Pastorale, Nous Souffrons A Cause De Notre Relation Avec L'église

Paul voit ses souffrances comme le résultat de ce qu’il a fait pour l’église - «mes souffrances pour vous» (24a), en leur profit. Lorsqu'il a exercé ce ministère envers eux, il a enduré des souffrances telles que l'emprisonnement, le ridicule, les coups, etc. La souffrance pastorale pour le bien de l'église est réelle.

(a) Nous souffrons à cause de notre relation avec ceux qui souffrent. Nous prenons part à leur chagrin et leurs épreuves; et nous remplissons une fonction sacerdotale en les portant devant Dieu.

(b) Nous souffrons lorsque ceux que nous aimons et que nous servons sont attaqués par Satan et que leurs vies commencent à dériver. Et parfois, ils ne tiennent pas compte de nos conseils.

(c) Nous sommes critiqués et rejetés lorsque les autres n’aiment pas ce que nous disons ou faisons.

2. Dans Le Ministère Pastoral, Nous Souffrons A Cause De Ce Que Nous Nous Identifions Avec Le Christ.

«…ce qui manque aux souffrances de Christ je l’achève en ma chair pour son corps, qui est l’église» (24b). Paul associe ses souffrances aux "afflictions" du Christ. Tandis qu'il continuait l'œuvre du Christ (dans l'établissement et le développement d'églises), ses souffrances étaient la continuation des afflictions déversées sur le Christ lui-même. Et tous ceux qui exercent leur ministère au peuple de Christ au nom de Christ souffriront de la même façon avec Christ.

Ainsi, les pasteurs souffrent pour la cause de l'église. Comprendre cela rend les afflictions et les épreuves pastorales utiles, significatives, endurables et précieuses, car elles sont le vécu pour le service de l'église et de la suite du ministère du Christ.

Les pasteurs doivent voir leur œuvre de ce point de vue afin de faire face à la détresse et à l’angoisse du ministère pastoral, pour leur propre bien-être et celui de l’église.

B. Dans Le Ministère Pastoral, Nous Servons En Tant Que Intendants De L’eglise (25-29)

«… C’est d’elle que j’ai été fait au ministère selon la charge que Dieu m(a donné auprès de vous, afin que j’annonce pleinement la parole de Dieu» (25).

Nous sommes des "intendants" de l'église. Un intendant est une personne qui s’occupe des biens ou des affaires de quelqu'un d'autre. Les pasteurs sont les intendants de l’église du Christ. Notre position en tant que ministres du Christ est celle de serviteur; notre fonction en tant que ministres du Christ en est celle d'intendance. Nous servons en tant que intendants de la parole et du peuple de Dieu.

1. Nous Servons En Tant Que Intendants De La Parole De Dieu

Notre première obligation en tant qu’intendants est la proclamation complète de la parole de Dieu - «d’annoncer pleinement la parole de Dieu» (25b). La parole de Dieu que nous faisons connaître est «le mystère caché depuis des siècles et des générations mais maintenant révélé à ses saints» (26). Par notre prédication et notre leadership pastoral, nous faisons connaître le «mystère» de l'Évangile, qui était auparavant caché mais maintenant révélé à ses saints, à qui «Dieu a voulu faire connaitre quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi le paiens, savoir : qui est Christ en vous, l’espérance de la gloire »(27).

Faire connaître la parole de Dieu, c'est prêcher «Christ en vous, l'espérance de la gloire» (27b). C'est prêcher «Lui… avertissant tout le monde et instruisant tout homme en toute sagesse» (28a).

Nous servons en tant qu’intendants de la parole de Dieu. C’est notre première obligation en tant que pasteurs - la proclamation complète de la parole de Dieu. Et…

2. Nous Servons En Tant Qu’intendants Du Peuple De Dieu

Notre deuxième obligation est la pleine maturité spirituelle du peuple de Dieu - «que nous puissions présenter toute personne devenue mature en Christ (28b). C'est l'objectif pour lequel nous travaillons dur, luttant avec toute son énergie, qu’il travaille puissamment en moi »(29). Le but auquel nous travaillons en tant qu’intendants du peuple de Dieu est d’encourager, d’équiper et de responsabiliser ceux qui nous sont confiés afin que «nous puissions présenter toute personne mature en Christ». Cela doit être notre objectif, présenter chaque membre du corps de Christ devenu parfait en Christ en ce jour futur.

Vous pourriez dire: «Qui est suffisant pour ces choses? Comment puis-je le faire? Une telle intendance est trop grande! »Eh bien, les pasteurs peuvent prendre courage, dans la mesure où Dieu nous permet d'accomplir cette intendance. Le ministère est un dur labeur. Parfois, le travail est difficile et fatiguant, mais lorsque nous «travaillons dur» et «luttons» dans l’œuvre de Dieu, nous sommes conscients que c’est Dieu qui «œuvre puissamment en moi» (29b). La suffisance pour le ministère ne vient pas de notre propre puissance ni de nos propres capacités mais de Dieu qui œuvre en nous.

Les pasteurs doivent s'approprier du pouvoir de Dieu. Lorsque le ministère ressemble à un dur labeur (travaillant dur et luttant), lorsque nous avons besoin d'énergie pour faire un effort supplémentaire, nous pouvons faire appel à Dieu qui "œuvre puissamment" en nous. C’est notre capacité suffisance pour le ministère. C’est de là que vient notre force en période de troubles, de conflits et de découragement. Son pouvoir nous dynamise, nous motive. Son pouvoir est le secret de l'efficacité dans le ministère - pas nos programmes ou techniques, ni nos promotions, ni notre psychologie ni nos gadgets, mais Dieu qui "œuvre puissamment en moi".

Alors, dans le ministère pastoral, nous souffrons pour la cause de l’église (24), nous servons en tant qu’intendants de l’église (25-29) et ...

C. Dans Le Ministère Pastoral, Nous Aspirons A La Spiritualité De L'église (2: 1-5)

Le ministère pastoral est une lutte constante. Pour utiliser le langage de Paul, nous «agonisons / luttons» (2: 1) dans notre ministère pour le peuple de Dieu. Sur quoi nous "agonisons"? Pourquoi une telle agitation? Que cherchons-nous constamment? Nous luttons pour la spiritualité de l'église.

1. Le But De La Lutte Pastorale Est D'encourager Le Peuple De Dieu

… «Afin que leurs cœurs soient encouragés» (2a). Qu'est-ce que cela veut dire? Que nous fassions que tout le monde se sente bien? Que nous endoctrinions tout le monde avec un message de pensée positive? Que nous disons toujours ce que les gens veulent entendre? Non! «Encourager» ici signifie leur donner confiance, les motiver, les faire avancer, les élever spirituellement. Comment fait-on cela? Comment encourageons-nous le peuple de Dieu?

(a) En promouvant leur unité spirituelle, afin qu'ils soient «unis par l'amour» (2b). L’unité était le désir passionné de Jésus pour son peuple. Cela doit également être le désir passionné de chaque pasteur et dirigeant d'église. Une unité qui ne repose pas sur la contrainte ni sur un gain personnel, mais qui repose sur l’amour et le respect mutuels. C’est une force puissante dans le monde pour Christ. L'union affectueuse rendra une congrégation forte, stable, capable de résister aux ruses du diable, influente dans la communauté, saine et heureuse.

Les pasteurs encouragent donc le peuple de Dieu en prônant leur unité spirituelle. Et ils encouragent le peuple de Dieu…

(b) En développant leur compréhension spirituelle, afin qu’ils puissent «atteindre toutes les richesses de la pleine assurance de la compréhension et de la connaissance du mystère de Dieu, qui est Christ» (2c). Notre tâche est d’enseigner si bien aux fidèles du peuple de Dieu tous les desseins de Dieu, qu’ils sont pleinement assurés de ce en quoi ils croient et en qui ils croient.

Si nous nous efforçons d’encourager les cœurs du peuple de Dieu de cette manière dans notre ministère, alors, au temps de Dieu et selon sa volonté, nous pouvons rechercher le résultat souhaité.

2. La Récompense De La Lutte Pastorale Est De Se Réjouir De Leur Réaction Positive

"... se réjouir de voir votre bon ordre et la fermeté de votre foi en Christ" (5)

Les preuves d'une réaction positive à votre leadership pastoral sont…

  • Le bon ordre dans l'église se traduit par l'obéissance, la coopération, le respect, la joie dans l'œuvre du Seigneur, etc.
  • Une foi inébranlable parmi le peuple. Une foi en Christ qui ne faiblit pas face aux attaques. Une foi loyale, inébranlable, quoi qu'il arrive.

Conclusion:

Ceci est donc le cœur du ministère pastoral. D'une part, nous nous «réjouissons». D'autre part, nous "souffrons". Mais ce qui en vaut la peine, c’est la récompense de voir le peuple de Dieu se conduire dans le bon ordre et persévérer dans leur foi. Le leadership pastoral est-il difficile? Oui! Est-ce que ça vaut le coup? Absolument!

Si votre cœur pour votre peuple est leur unité dans l’amour et leur pleine connaissance de Dieu et de sa parole, vous êtes alors un serviteur authentique du Christ. Laissez-moi vous défier et vous encourager aujourd'hui à exercer votre ministère pastoral…

… Comme quelqu'un qui souffre avec Christ pour la cause de l'église

… En tant qu'intendant de l'église faisant connaître pleinement la parole de Dieu

… En tant que personne qui s’efforce pour la spiritualité de l'Église, comme preuve de leur unité, leur compréhension, leur bon ordre et leur foi inébranlable.

C'est le cœur du ministère pastoral. Que le Seigneur vous bénisse richement dans cette tâche.

Partie III: Les Plans De Sermon

Pour écouter la version audio de ces sermons en Anglais, veuillez cliquer sur ces liens: Link 1 - Jn. 18:38-19:3; Link 2 - Jn. 19:4-9; Link 3 - Jn. 19:9-10; Link 4 - Jn. 19:11-12.

Titre: La Royauté de Jésus

Thème: La Royauté de Jésus expose un conflit de puissance.

Point #1: Le pouvoir de contrôle de l'opinion publique (38b-6)

Point #2: Le pouvoir paralizant de la peur (7-9a)

Point #3: Le pouvoir confiant de la connaissance (9b)

Point #4: Le pouvoir vaniteux de la position (10)

Point #5: Le pouvoir global (toute suffisante) de Dieu (11-12)

Related Topics: Pastors

Report Inappropriate Ad